Mais aussi ...
Connexion

Zei

Comment réduire ses déchets au bureau ?

18-06-2019 - par Sophie Lesniak

 

Toutes les bonnes habitudes que l'on s'efforce d'adopter chez soi ou dans son quotidien, il faut veiller à ne pas les oublier lorsque l'on arrive au travail ! 

 

C’est là que 46% de la population active en France passe une majeure partie de son temps - soit en moyenne 200 jours par an - et où chaque salarié produit entre 120 et 140 kg de déchets. 

 

Qu’elle soit matérielle ou numérique, salariés comme employeurs peuvent combattre et réduire cette production massive de déchets grâce à quelques gestes ou bonnes pratiques simples.

 

 

Éviter de consommer du plastique 

 

 

Au bureau comme en dehors, le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. Pourtant, à l’heure du café, du déjeuner ou encore de la pause de l’après-midi, le plastique est partout : salades à emporter, couverts et verres en plastique, emballages de sandwich ou de snacks, touillettes...

 

Voici quelques bons réflexes à adopter pour réduire sa consommation :

 

- ramener son propre repas dans une lunch box en verre ou en inox ou bien dans un emballage alimentaire naturel dans certains cas

- s’équiper d’une gourde réutilisable

- utiliser sa propre tasse pour le café

- privilégier les fruits ou les fruits secs achetés en vrac aux yaourts et snacks du distributeur au dessert ou pendant les pauses. 

 

Côté employeur, la surconsommation de produits jetables (même s’ils sont compostables ou recyclables) peut être évitée en mettant en place des solutions de mise à disposition de versions alternatives réutilisables ou plus durable : remplacer les gobelets de la machine à café par des mugs ou par des gobelets réutilisables, équiper la cuisine en couverts, assiettes et tupperwares réutilisables, installer des petites cuillères à proximité de la machine à café, une fontaine à eau, etc.

 

Entraînez-vous au zéro déchet en entreprise grâce à des formations ou bootcamps !

 

 

Réduire sa consommation de papier 

 

 

Le papier est le premier consommable utilisé au bureau : chaque salarié en consomme de 70 à 85 kg en moyenne. Or, seul 35% sont recyclés. Un gaspillage qui peut être réduit facilement en appliquant les trois règles d’or que sont réduire, réutiliser et recycler, en mettant en place les astuces suivantes : 

 

- éviter d’imprimer ce qui n’est pas indispensable (mails, impressions de documents en multiples exemplaires, etc) : une économie non seulement de papier, mais aussi d’encre et d’énergie !

- privilégier les impressions recto verso

- réutiliser la face vierge des impressions comme brouillon

- organiser la collecte du papier usagé

 

 

Mettre en place le tri sélectif 

 

 

Les activités de bureau produisent chaque année 2,4 millions de tonnes de déchets, dont une bonne partie peut être recyclée. Pour les déchets que l’on ne peut pas éviter, là aussi, la règle d’or qui s’applique est celle du tri.

 

Pour permettre une valorisation importante des déchets triés, il est indispensable qu’un système de tri efficace, visible et compréhensible de tous soit mis en place. 

 

Il est d’ailleurs possible d’aller plus loin que le recyclage du papier et du plastique en faisant installer des bornes spécifiques pour le recyclage de certains déchets : les piles, ampoules, batteries, capsules de café, canettes ou même mégots de cigarettes peuvent être traités et valorisés dans le cadre de filières particulières. 

 

 

Limiter les déchets informatiques 

 

 

Le développement du numérique a vu s'accroître considérablement la production de déchets liés aux équipements éléctroniques. Pour limiter le gaspillage de ces produits et favoriser une économie circulaire, des solutions existent pour donner une seconde vie aux ordinateurs, téléphones, imprimantes, écrans ou encore tablettes et ainsi éviter qu’ils ne soient jetés définitivement.  

 

On peut ainsi réduire son empreinte environnementale en privilégiant le marché de l’occasion et le réemploi de matériel déjà mis en circulation sur le marché.

 

Cette solution s’applique aussi bien au moment de l’achat de nouveau matériel grâce à l’occasion que lors du remplacement du matériel non utilisé ou jugé obsolète, grâce aux don ou à la revente aux particuliers ou associations. 

 

 

Lutter contre la pollution liée aux déchets numériques 

 

 

Malgré son usage virtuel, le réseau internet en lui-même a un impact bien réel. Câbles, antennes et data centers permettant le fonctionnement d’internet et du « cloud » engloutissent des quantités d’énergie considérables. Si internet était un pays, il serait le cinquième consommateur mondial d’électricité

 

Le premier geste à adopter pour en limiter l’impact passe par le simple email, qui une fois traité, devient lui un déchet dans l’ordre du virtuel. Au niveau mondial, 200 milliards d’emails sont envoyés chaque jours, parcourant des milliers de kilomètres à travers des dédales de câbles de cuivre dans les océans.

 

En moyenne, chaque collaborateur d’une entreprise française de 100 personnes reçoit 58 emails et en envoie 33 par jour, entraînant l’émission de plusieurs tonnes de CO2 par an. 

 

Voici les solutions qu’il est possible d’adopter pour réduire son empreinte : 

 

- privilégier le contact direct plutôt que l’email lorsque cela est possible 

- éviter les emails trop lourds, qui ont aussi un impact plus important, en privilégiant l’envoi de lien ou encore le stockage en local ou sur un disque dur à l’envoi de pièces-jointes

- nettoyer régulièrement sa boîte mail, en supprimant les emails non importants et les spams et en vidant fréquemment sa corbeille pour réduire l’énergie consommée par le stockage

- choisir un hébergeur de données fonctionnant aux énergies renouvelables pour limiter l’impact lié au stockage des informations restant dans la boîte mail. 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN : 

 

Réduisez votre empreinte environnementale et celle de votre entreprise en adoptant des solutions numériques vertes

Encouragez votre entreprise à améliorer sa politique environnementale globale en rejoingnant Zei

 

Derniers articles