Zei
Mais aussi ...

Comment réduire les déchets en entreprise : impact et solutions

05-11-2021 - par Alice Perretta

 

Un processus polluant dès la fabrication et tout au long du cycle de vie

 

Au sein de l’Union Européenne, la France fait partie des plus gros producteurs de déchets.  Selon le dernier rapport de l’ADEME (2017), le pays en aurait produit environ 326 millions de tonnes.

 

Les déchets émis par les entreprises sont évalués à 63 millions de tonnes et sans surprise, c’est le secteur de la construction (BTP) qui pollue le plus avec 224 millions de tonnes chaque année.

 

D’après le Haut Conseil pour le climat, l’impact climatique des déchets représente 4 % des émissions de GES en France.

 

Dès l’extraction des matières premières au tout début du processus de fabrication, le produit émet des gaz à effet de serre. Viennent ensuite s’ajouter la transformation, le conditionnement et le transport.

 

D’après une étude réalisée par Circle Economy, le processus entier représente 62 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre

 

Le cas du plastique est le plus alarmant puisqu’il est fabriqué en grande majorité à partir de matières premières fossiles.

 

Méthane et CO2 : le traitement des déchets favorise le réchauffement climatique

 

Cependant, l’enjeu climatique majeur dans ce secteur est le traitement de ces déchets notamment à cause des décharges où ils sont stockés. Ces installations émettent du méthane en grande quantité : elles sont responsables de 21 % des émissions totales de ce gaz en France.

 

Le méthane est 30 fois plus réchauffant que le CO2 et est cité comme un grand danger dans le dernier rapport du GIEC.

 

L’incinération des déchets produit elle aussi des émissions de CO2 mais n’est pourtant pas toujours prise en compte dans le calcul de l’impact carbone final car il exclut la combustion des déchets de la biomasse (déchets organiques, papier, bois etc...). 

 

Cette technique laisse très peu de place aux alternatives telles que le recyclage ou le compostage des déchets puisque les incinérateurs sont conditionnés à recevoir une quantité de déchets constante.

 

Et finalement, que deviennent tous ces déchets ? 

66 % sont recyclés, 28 % éliminés tandis que 6 % sont valorisés énergétiquement. 

 

Finalement, l’étape de production est la plus émettrice. C’est la raison pour laquelle des solutions existent pour développer des alternatives de réemploi et de réparation pour allonger la durée de vie et réduire l’impact environnemental des produits.

 

 

 

Que dit la réglementation française ?

 

Ces dernières années, la législation française s’est bien développée sur les enjeux de la prévention et de la gestion des déchets : promotion de l’économie circulaire, réduction de la production de déchets, revalorisation etc... Voici quelques textes qui posent un cadre autour de ces enjeux :

 

👉 La Loi (NOTRe) n°2015-991 du 7 août 2015

Elle vise à renforcer le champ de compétences des régions avec notamment la création d’un plan régional de prévention et de gestion des déchets.

 

👉 La Loi n°2015-992 du 17 août 2015 - transition énergétique pour la croissance verte

Elle prévoit un plan de réduction et valorisation des déchets pour 2025.

 

👉 La Loi (AGEC) n°2020-105 du 10 février 2020

Elle vise à lutter contre le gaspillage et promouvoir l'économie circulaire. Voici quelques mesures :

 

- Information du consommateur : obligation d’informer sur les caractéristiques environnementales des produits générateurs de déchets (recyclabilité, réemploi etc…)

 

- Lutte contre le gaspillage : obligation de donner les invendus à des associations, obligation de réutiliser ou recycler

 

- Réduction de l’impact environnemental des plastiques : interdiction du plastique à usage unique, réduction et recyclage des bouteilles

 

- Responsabilité des producteurs (REP) : éco-conception, allongement de la durée de vie, fonds de soutien aux activités de réemploi et réutilisation

 

 

 

Et les entreprises dans tout ça ?

 

La réglementation s’applique aussi aux entreprises dans l’objectif de tendre vers une production plus responsable et durable.

 

C’est là que le principe de REP - responsabilité élargie du producteur - intervient. L’objectif ? Intervenir sur l’ensemble du cycle de vie des produits, de la conception à la fin de vie.

 

Pour cela, il est nécessaire d’économiser les ressources en recyclant les déchets et d’allonger la durée de vie des produits à travers l’écoconception

 

Et depuis le Décret (5 Flux) n°2016-288 du 10 mars 2016, les entreprises ont pour obligation de trier le papier, le métal, le plastique, le verre et le bois.

 

Pour cela, deux alternatives possibles : trier à la source matière par matière ou les placer dans la même benne et laisser un centre automatisé trier ultérieurement.

 

Quelles solutions pour gérer les déchets ?

 

De nombreuses solutions existent pour mieux gérer les déchets et réduire leur volume, notamment dans les entreprises où chaque salarié(e) produit entre 120 et 140 kg de déchets en moyenne par an sur son lieu de travail. 

 

Cependant, pour avoir un réel impact, il faut commencer par agir à la source en adaptant mieux l’évolution des besoins de notre société aux ressources naturelles disponibles.

 

Dans un second temps, il faut allonger la durée de vie des biens en luttant contre l’obsolescence programmée et en améliorant leur efficacité. 

 

Les producteurs ont aussi leur rôle à jouer en se mobilisant pour promouvoir l’éco-conception, c’est-à-dire intégrer la protection de l’environnement au cœur de la conception des produits. 

 

L’objectif ? Réduire les impacts environnementaux tout au long du cycle de vie : de l’extraction des matières premières à la fin de vie en passant par la production, la distribution et l’utilisation.

 

 

👉 Trier les déchets non organiques

 

Lemon Tri, par exemple, propose un service complet de gestion des déchets depuis l’installation du matériel de tri jusqu’à la collecte des déchets, tout en garantissant un recyclage à 100% en circuit court.

 

Leur mission ? Innover pour contribuer localement au développement d’une économie circulaire, respectueuse des hommes et de leur environnement.

 

L’entreprise s’adapte aux besoins et propose différentes solutions comme les bacs de tri, ou encore les machines à tri pour les contenants de boissons (bouteilles en verre ou éco-cups) mais aussi pots en verre ou lunchbox.

 

Chez Zei, les déchets principaux proviennent des équipements électroniques. Or ils contiennent des composants dangereux (mercure, métaux rares…) et du plastique : c’est pourquoi il est essentiel de bien les traiter et les recycler.

 

👉 Composter ses déchets organiques

 

D’autres méthodes comme le lombricompost permettent également de réduire les déchets organiques : épluchures de fruits, légumes, coquilles d'œuf ou encore marc de café… Les lombrics s’occuperont du reste !

 

Si vous ne cuisinez pas au bureau, vous pouvez également en apporter depuis chez vous une fois par semaine, par exemple.

 

👉 L’aquaponie

 

Chez Lemon Tri, ils pratiquent également l’aquaponie qui consiste à créer un écosystème vertueux entre végétaux et poissons. 

 

Une fois les poissons nourris, leurs excréments servent de nutriments pour les plantes et celles-ci purifient l’eau de l’aquarium. Tout ça circule à l’aide d’une pompe.

 

👉 La ferme urbaine

 

Adoptez des poules et vous n’aurez plus à culpabiliser de jeter vos restes alimentaires ! 

 

👉 Revaloriser ses déchets

 

Pour éviter le gaspillage et revaloriser les invendus, Phenix ou encore Comerso proposent des solutions adaptées à tout type d’activité dans le secteur de la grande consommation.

 

Il existe également des entités qui récupèrent les déchets issues des entreprises et les valorisent pour les réintroduire sur le marché sous forme de nouveaux produits.

 

 

En résumé, quelles actions mettre en place dans l'entreprise ?

 

1/ Pratiquer l’éco-conception lorsqu’on produit des biens

 

2/ Mettre en place une politique d’achats responsables en interne avec des produits reconditionnés, recyclés ou en location plutôt que neufs (notamment les appareils électroniques)

 

3/ Éviter au maximum les emballages à usage unique et privilégier plutôt des contenants réutilisables (gourdes, tupperwares, tote bags…)

 

4/ Imprimer uniquement ce qui est nécessaire et coller des stop pubs sur la boîte aux lettres de l’entreprise pour réduire les déchets papiers

 

5/ Trier ses déchets avec des bacs adaptés à chaque type ou faire appel à une entreprise comme Lemon Tri qui les collecte et les gère ensuite

 

6/ Avoir un lombricompost pour les déchets organiques

 

7/ Si c’est possible, développer un système d’aquaponie ou une mini ferme urbaine

 

Sources : developpement-durable.gouv.fr ; ademe.fr ; ecologie.gouv ; zerowastefrance.org ; lemontri.fr

Derniers articles