Zei
une nouvelle façon de voir l'écologie !

Retrouvez ici toute l'actualité éco-responsable.

L'impact écologique des activités de plaisance


par Delaloy Noémie

02-07-2020

L’eau se réchauffe avec les beaux jours, c’est donc le moment de profiter de vos activités nautiques favorites !

Mais attention, tout aussi divertissantes, sportives ou captivantes qu’elles soient, chaque activité a un impact sur la vie marine, et parfois un simple geste peut avoir beaucoup de conséquences.

L’impact des activités nautiques sur les écosystèmes marins


Si ce sont les activités humaines terrestres qui polluent le plus la vie maritime, on considère que la pollution maritime liée aux activités marines sont sont dues au transport maritime, aux d’hydrocarbures et aux produits dangereux, aux activités portuaires, à l’interface port-navire, aux accidents tels que les marées noires, les dégazages et autres rejets, ainsi que la navigation de plaisance.
Parmi tous ces éléments, il apparaîtrait que les activités nautiques/ de plaisance représentent une très légère part de la pollution marine, qu'on souhaite bien évidemment limiter.

Alors comment lutter à son échelle contre la pollution liée aux activités de plaisance ?

Être responsable en plongée





Aaaah la plongée, ce sentiment de plénitude lorsqu’on découvre tout un monde caché sous l’eau, qui n’aime pas ça ? Pour respecter les écosystèmes que nous observons, une règle d’or est à suivre : “on touche avec les yeux et on ne laisse que des bulles”.

Tout d'abord, il faut savoir que la pollution commence souvent avant même de mettre une palme dans l'eau, en particulier si on doit prendre l'avion pour se rendre sur des sites de plongée loin de chez nous. C'est pourquoi il est préférable de privilégier des sites de plongée locaux - bon quand on habite à Lille c'est plus compliqué mais dans ce cas, on opte pour le train plutôt que l'avion !

La façon dont on plonge n’est pas sans conséquences non plus. En effet, les écosystèmes marins sont fragiles. C’est pourquoi il est très important de faire attention à notre palmage pour éviter de soulever des sédiments qui recouvriraient ces écosystèmes et donc réduiraient l’efficacité de la photosynthèse du corail ce qui peut l’amener à mourir, s’il l’on manque de prudence on peut provoquer la casse de coraux, et on cherche justement à les préserver !

Il est déconseillé de déplacer de petits animaux ou d’augmenter les chances de prédations des plus gros. Le port de gants est également déconseillé car cela incite l'utilisateur à toucher la faune et la flore, ce qu’il faut bien évidemment éviter.


Bien choisir sa zone de mouillage

Jeter l’ancre n’est pas un acte anodin et notre négligence peut mener à la destruction des habitats. Pour éviter cela, il est donc important de choisir une zone de mouillage adéquate en favorisant les zones sableuses (vous pouvez les repérer grâce à leur couleur claire ou grâce à une application de cartographie des fonds marins)

Alors attention ici nous allons parler de termes techniques, mais on vous rassure, ce n’est pas si compliqué !
Il faut relever l’ancre à l’aplomb du bateau afin d’éviter de labourer les fonds marins, surtout si vous ancrez dans la posidonie, plante à fleur aquatique endémique de la Méditerranée, pour éviter de l’arracher. Il est conseillé d’utiliser un orin, câble ou cordage qui permet entre autre de relever une ancre qui accroche, notamment pour éviter d’emmêler les ancres quand il y a beaucoup de bateaux.

Utilisez les zones de mouillages organisées équipées de bouées fixes reste la meilleure solution pour préserver les habitats.


Limiter la production de déchet





En mer aussi on fait attention à nos déchets !
Il est important de rappeler qu’il ne faut pas nourrir les poissons avec vos restes. Tout d’abord car jusqu’à preuve du contraire il n’y a pas de boulangerie sous l’eau hein, donc il ne faut pas s’attendre à ce que les poissons soient habitués à digérer les restes de sandwich que vous leur donnerez, mais surtout, parce que lorsque la saison touristique est terminée, les poissons ont perdu leurs réflexes de chasse et ne savent plus se nourrir correctement.

Comme sur terre, on trie ses déchets, on favorise le zéro déchet, on ne jette rien dans la nature, et pour les mégots on pense à ramener son cendrier portable.

Pour celleux qui profitent d’un séjour prolongé en mer, en ce qui concerne les eaux noires (ce qui sort des toilettes) on favorise les sanitaires du port lorsqu’on est à quai, on installe un système de récupération ou de traitement. Utilisez le système de pompage du port pour vidanger la cuve de récupération.
En cas d’impossibilité, tout rejet d’eaux grises, d’eaux noires, d’eaux de fond de cale est interdit dans les ports et dans la zone des 3 miles nautiques comme le conseille l’organisme Les écogestes Méditerranée.

En ce qui concerne les eaux grises (en contact avec des produits vaisselle, gel douche, shampoing), privilégiez les équipements portuaires (douche, lavabo, évier), utilisez des produits d’origine végétale ou écolabellisés.


Faire attention aux nuisance sonore

L’activité humaine a également des conséquences en terme de nuisance sonore sur les écosystèmes marins, ce qui stresse les animaux, les chasse de leurs habitats vitaux et peut même entraîner leur mort.

Afin de respecter leur quiétude, il est donc conseillé de favoriser les déplacements sans moteurs, en planche, à rame ou à voile, afin de limiter le bruit généré par nos déplacements.


Limiter la pollution en mer

Si vous n’avez pas pu trouver d’alternative au bateau à moteur, quelques conseils pour limiter la pollution liée aux hydrocarbures.
Tout d’abord, soyez vigilant lors du remplissage du réservoir afin d’éviter des pertes d’hydrocarbures. Utilisez un matériel adapté pour le transvasement si vous utilisez un bidon.
En cas de pertes, utilisez des feuilles absorbantes hydrophobes que vous déposerez ensuite dans les bacs appropriés.


Conclusion

Vous voici donc prêt à pratiquer une activité de plaisance tout en respectant les écosystèmes qui vous entourent. Pour plus de renseignement sur la faune et la flore que vous rencontrerez ou pour aider à la préservation des habitats, n’hésitez pas à aller faire un tour à l’office du tourisme de votre lieu de vacance pour plus d’information sur les gestes à éviter et ceux à appliquer et sur les associations en place !



Pour aller plus loin
- Crèmes solaires : Bien les choisir et les appliquer
- Les sports de plein air à privilégier
- Voyage zéro déchet : les bons gestes à adopter