Mais aussi ...
Connexion

Zei

Méthode BISOU : 5 questions à se poser avant d'acheter

26-02-2020 - by Delaloy Noémie

 

Vous connaissez déjà probablement la méthode des 5 R : Refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter (refuse, reduce, recycle, reuse, rot), mais avez-vous déjà entendu parler de la méthode BISOU ?


Elle peut s’utiliser en complément de la précédente, dont l’objectif est de réduire nos déchets au maximum, mais cette fois-ci le but est de moduler notre comportement d’achat en évitant les achats inutiles de notre quotidien (et faire des économies !)



D’où ça vient ?


La méthode BISOU, inventée par Marie Duboin Lefèvre et Herveline Verken, créatrices du groupe Facebook Gestion budgétaire entraide et minimalisme, incite en toute bienveillance à gérer son budget quotidiennement, tout en sensibilisant aux enjeux écologiques et luttant contre la surconsommation, grâce au minimalisme et à la simplification volontaire.

 

Elles sont également à l’origine du livre J’arrête de surconsommer - 21 jours pour sauver la planète (et mon compte en banque !) qui encourage ainsi une réflexion consciente sur ses besoins personnels et l’origine de l’apparition d’un besoin en l’étudiant à travers ces différents filtres.



Une méthode ludique

 

Ce moyen mnémotechnique permet de manière ludique de limiter ses achats compulsifs en se posant 5 questions au moment d’effectuer un achat :



B comme BESOIN :

A quel besoin cet achat répond-il ? Ce besoin est-il réel ou le fruit d’une manipulation marketing ou sociétale ?

 

Exemple : J’ai vu une superbe paire de chaussures qui pourrait parfaitement s’accorder avec mes tenues, mais est-ce  que j’en ai vraiment besoin ou est-ce que c’est une envie soudaine ?



I comme IMMÉDIAT :

Dois-je l’acheter immédiatement ? Puis-je me le permettre, est-ce vraiment urgent ?

 

Exemple : Je constate que mes chaussures ne sont plus en état, que je ne peux pas les réparer, cette paire devient donc un réel besoin, mais est-ce que cela rentre dans mon budget ? Puis-je attendre un peu avant de l’acheter, est-ce que je peux encore faire durer ce que j’ai déjà ?



S comme SEMBLABLE :

N’ai-je pas quelque chose de semblable ? Ne puis-je pas le compenser par ce que je possède déjà ?

 

Exemple : Effectivement je ne peux plus faire durer la paire que j’ai déjà, mais n’ais-je pas délaissé une paire qui ferait totalement l’affaire depuis quelques temps dans mon placard et dont j’ai oublié l’existence ?



O comme ORIGINE :

Quelle est l’origine de ce produit ? Suis-je en accord avec sa méthode de fabrication, sa méthode de production ? Est-il créé de manière suffisamment éthique, écologique, respecte-t-il suffisamment le bien-être animal ?

 

Exemple : Est-ce que les matériaux nécessaires à la fabrication sont en accord avec mes valeurs, est-ce végane ? Le processus de fabrication a t-il nécessité des étapes que je ne cautionne pas ?



U comme UTILE :

Cet objet me sera-t-il vraiment utile ? Comment je faisais pour m’en sortir avant ?

 

Exemple : Finalement, parmi ce que j’ai déjà et qui n’est pas semblable, est-ce que je n’ai pas l’essentiel ? Vais-je vraiment les utiliser quotidiennement ou occasionnellement ? Puis-je emprunter une paire à quelqu’un pour une occasion spéciale et la lui rendre après ? 



Pourquoi on adhère : 

 

Si vous avez du mal à passer à des modes de consommation alternative alors cette méthode est faite pour vous ! En vous posant les bonnes questions au bon moment, vous pourrez passer petit à petit et sans douleur au zéro déchet, à l'achat de seconde main, à la location... tout en faisant des économies.






Pour aller plus loin :

- Zéro Déchet : 5 gestes simples et économiques quand on commence à réduire son empreinte carbone
- 10 choses à arrêter d'acheter


 

 

Derniers articles