Zei
A fresh look at ecology.

Find out all the eco-friendly news.

Les mystères de la forêt dévoilés par la science


by Cécilia Tarek Strano

03-10-2019

 

Qui n'a jamais ressenti cet apaisement promulgué par une promenade en forêt ? 

 

De plus en plus populaire, la sylvothérapie est une médecine qui élargit ses horizons et s'étend dans le monde entier. Mais comment cela marche scientifiquement ? 

 

 

 

«  La vie secrète des arbres » de Peter Wohlleben

 

Des recherches scientifiques parlent de plus en plus de l’intelligence des arbres. De son côté, Peter Wohlleben, l'auteur de “La vie secrète des arbres” a réussi à populariser une perception : celle qui déclare que l'arbre est doté de capacités que l'homme ne connaissait pas.

En effet, la croyance que les plantes sont capables seulement de végéter est en train de finir aux oubliettes !

 

À l'Institut National de la Recherche agronomique de Clermont-Ferrand, Bruno Moulia et son équipe ont même découvert que les arbres avaient un sens, pensé jusqu'alors réservé à l'homme : la proprioception c'est-à-dire la perception de la configuration de son propre corps dans l'espace. Attentifs à leur environnement, les arbres poussent en fonction de la gravité, du vent et de leur exposition au soleil.

 

Dans une forêt, une société y réside : celle de la nature.

 

Ce conteur forestier nous explique que les arbres sont capables de communiquer à l'aide de leurs racines interconnectées, de leurs odeurs et d'une série de capteurs. Il y a par exemple un réseau de filaments créé par des champignons pour qu'ils puissent communiquer pleinement. Ainsi, ils sont capables de transmettre et de recevoir des informations sur l'environnement ou la nourriture. Ils peuvent également s'échanger des éléments nutritifs grâce à leurs systèmes racinaires.

 

Grâce à une construction sociale régie par la cohabitation, les arbres font preuve de solidarité et s'entraident en cas de difficultés : déforestation, élagage, maladie...

 

N’hésitez pas à vous plonger dans le livre « La vie secrète des arbres » pour y découvrir les merveilles de cette nature ! 

 

 





Le shinrin yoku ou le “bain de forêt”

 

Le terme « bain de forêt » est né au Japon dans les années 1980. Cela consiste à marcher dans la forêt tout en portant son attention sur les arbres, les chemins empruntés et les sensations que cela procure. 

Des études menées par des scientifiques japonais et principalement par l'immunologiste Qing Li prétendent que le shinrin yoku a des effets bénéfiques sur la santé mentale, le système immunitaire et le stress.

Cette étude a été démontrée à la suite d'une comparaison entre des personnes ayant marché dans les bois et d'autres ayant marché dans une ville. Ceux ayant marché dans les bois ont un taux de cortisol beaucoup plus bas que ceux ayant marché en ville. Le cortisol est cette fameuse hormone qui génère du stress dans notre organisme.

 

 




Le souffle de l'arbre

 

Le tree hugging consiste à enlacer un arbre. Essayez d'être discret si vous avez envie d'essayer parce que ce n'est pas très commun ! Et pourtant des études scientifiques constatent les bienfaits et peuvent même les expliquer.

Les arbres diffusent des molécules dans l’air : les phytoncides. Leur rôle est de défendre les arbres de bactéries et de champignons. En marchant dans la forêt, l’homme en absorbe par la peau et les voies respiratoires. Ces molécules procurent des bienfaits positifs au métabolisme humain.

 

 

L’odeur du pin a d’ailleurs la réputation d’être bon pour la santé. Pour l’hiver, une huile essentielle de pin pourra vous immuniser contre certaines bactéries.

 

Même si de nombreuses personnes sont déjà convaincues des bienfaits que la forêt promulgue, la science n’est encore qu’au début de ces grandes découvertes. En attendant, vous pouvez essayer le tree hugging ou le shirin yogu !

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN

6 choses à connaître pour défendre les forêts 

Planter des arbres : un engagement écologique et éthique 

Un bracelet treez qui plante un arbre 

Parrainez des arbres en France 

Refores’Action : restauration d’écosystème