Acheter de seconde-main : Oui mais on ne fait pas n'importe quoi !

10-03-2020 - by Delaloy Noémie

Aaaaaah le printemps qui arrive, les beaux jours qui pointent leur nez… La motivation sortie de nulle part de faire le tri dans ses affaires, de commencer à mettre de côté ses vêtements chauds et ressortir du placard des tenues de mi-saison...


Problème, en faisant ce tri, vous vous apercevez qu’il y a beaucoup de vêtements que vous ne portez plus, mais en même temps si vous appliquez la méthode Marie Kondo à la lettre, vous risquez de vous retrouver avec 1 pantalon, 2 T-shirts et une paire de basket. Le minimalisme à un niveau jamais égalé, en gros.

Alors que faire pour pouvoir trouver chaussure à son pied et t-shirt de qualité sur ses épaules à moindre coût ?


Le seconde-main bien sûr ! Mais attention, il y a quelques règles à respecter. Zei vous guide en quelques étapes pour contourner les pièges parfois très peu éthiques et écologiques de cette industrie pourtant si attirante.

 


Avant d’acheter :


Tout d’abord, il va falloir fait un état des lieux de votre dressing. De quoi avez-vous réellement besoin ?

Notre première arme afin de prendre du recul face à cette situation : Les 5R du zéro déchet.
5 R : Refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter (refuse, reduce, recycle, reuse, rot)

Eh oui Fred ! Est-ce qu’il ne vaut pas mieux recoudre les boutons de son ancienne chemise préférée et lui redonner un coup de jeune plutôt que de la remplacer ?
N’est-il pas possible de customiser un vêtement légèrement abîmé pour lui redonner du style via un DIY bien sympa ?

Faire durer un produit 2 fois plus longtemps ça équivaut à en produire deux fois moins si on y réfléchit bien !

Notre deuxième arme face à la surconsommation et les achats compulsifs c’est la Méthode BISOU : Besoin Immédiat Semblable Origine Utile

Ce moyen mnémotechnique infaillible vous aide à vous poser les bonnes questions afin d’évaluer la nécessité d’un achat.
En ai-je vraiment besoin ? Est-ce c’est une nécessité immédiate ? Ai-je quelque chose de semblable ? Les origines du produit sont-elles en accord avec mes valeurs ? Est-ce que je vais vraiment l’utiliser ?

Avec ça, on vous promet que votre portefeuille va vous remercier et la planète aussi !


Au moment d’acheter :


Bon, une fois que vous avez la liste de ce dont vous avez REELLEMENT besoin, il est important de savoir où trouver LA pièce de vos rêves. Le seconde-main est accessible de plusieurs façons.


Tout d’abord, de chez vous via des applications. Mais tout n’est pas tout rose, malheureusement ! Vous vous en doutez, les applications de seconde-main sont devenues l’opportunité pour certain.e d’effectuer un turn-over intense de leur garde-robe avec des pièces de fast-fashion et ça, c’est ni éthique ni écolo.
“MAIS ALORS QUE FAIIIIIIRE ?”, nous direz-vous.


Tout d’abord, on applique les deux armes présentées plus haut pour ne pas tomber dans le piège du “Oh c’est joli, si j’échangeais cette pièce avec celle que j’ai acheté le mois dernier ?” alors que vous en avez déjà 7, des robes à fleurs.


Bien sûr, il faut se faire plaisir, mais il ne faut pas tomber dans l’excès. Cherchez à éviter les marques de fast-fashion au profit de matières durables, car elles risquent de ne pas faire long feu. Vous pourriez même trouver des pièces issues de marques éco-responsables alors ouvrez l’oeil ! Ensuite, repérez des pièces dont vous êtes certain·e de la coupe (manteaux ou certaines chaussures par exemple). Les photos et les descriptions peuvent être trompeurs et tout le monde n’a pas la même morphologie même si on a la même taille de vêtement/chaussures.


Autre solution qui a du bon : les friperies ! Contrairement aux applis, vous pourrez essayer les vêtements et vérifier que cette chemise à carreaux Vichy avec des perroquets vous va bel et bien comme un gant. Promis on n’y touche pas, vous l’aviez vue avant nous !


Notre conseil bonus :
Essayez de choisir des vêtements qui iront déjà avec vos pièces actuelles et qui vous permettront de réaliser plusieurs tenues différentes - c’est le principe de “capsule wardrobe” !



Et pourquoi pas louer ?


Pour les pièces que vous ne pensez pas porter toute votre vie - on pense notamment aux jolies blazers à motifs colorés - et celles dont vous n’auriez besoin qu’une fois - on pense à la robe vert pâle à pois moutarde imposée par votre cousine lors de son mariage en juin dernier et qui ne sortira plus JAMAIS de votre placard), optez pour de la location !


Des sites comme Le Closet vous proposent de sélectionner des vêtements que vous pourrez porter pendant une certaine période. Si vous avez un coup de coeur vous pouvez acheter à prix réduit la/les pièce.s que vous voulez garder, sinon renvoyez votre box et choisissez vos nouvelles pièces fétiches du moment - ou arrêtez votre abonnement si vous n’en avez plus besoin !


Un moyen pratique de renouveler sa garde robe régulièrement, avec des pièces abordables et qui ne vous engagent en rien. Elle est pas belle la vie ?

 

On passe à l’action !


Maintenant que vous savez ce dont vous avez besoin, on décide du destin des vêtements dont on n’a plus besoin. Vous pouvez les vendre via des applications, ou les déposer en frip’ - certaines récupèrent vos vêtements alors renseignez-vous ! Vous pouvez également trouver un vide-dressing organisé près de chez vous (on se renseigne sur les réseaux sociaux de nos associations du coin !) ou en organiser un avec vos ami·e·s par exemple ! Ou bien tout simplement les donner à une association caritative, qui s’occupera de les redistribuer à des personnes qui en auront besoin.

On vous avait dit qu’on s’occupait de tout !


Pour conclure :


Vous l’aurez compris, changer ses habitudes au niveau de la garde-robe n’est pas toujours facile mais avec ces astuces, vous êtes désormais prêt.e à gérer votre style de manière éco-responsable !



Pour aller plus loin :
- Méthode BISOU : 5 questions à se poser avant d’acheter
- Pourquoi faut-il acheter des vêtements éco-responsables



Derniers articles