Zei
Mais aussi ...

Tourisme responsable : les enjeux

15-06-2021 - par Alice Perretta

 

Concilier tourisme et préoccupations environnementales a longtemps été difficile mais depuis quelques années une demande émane de la part des consommateurs qui cherchent des alternatives plus durables.

 

Désormais, il est tout à fait possible de minimiser l’impact environnemental grâce aux acteurs du tourisme durable. On vous explique les enjeux de ce secteur.

 

Comprendre son impact 

 

Avant la pandémie, le tourisme était responsable de 11% des émissions de CO2 en France, soit 118 millions de tonnes de CO2 (2018). 

 

Aujourd’hui, il n’est plus possible d’ignorer l’impact de la mondialisation des activités touristiques. La conversion vers un modèle durable est plus que nécessaire, bien que complexe.

 

C’est à l’ensemble des parties prenantes et des professionnels du tourisme de prendre des mesures concrètes pour réduire cet impact

 

Pour cela, il faut avant tout comprendre comment sont réparties les émissions et les mesurer pour cibler des objectifs. Plusieurs entreprises telles que Carbo ou Sami proposent d’effectuer un bilan carbone complet.

 

 

Mesurer son impact

 

Une fois le bilan réalisé, et avec l’aide de certifications telles que celle de B-Corp, vous pourrez mieux choisir vos partenaires (agence de voyage, de transport, hébergeurs, loueurs, guides etc..). 

 

Avec l’aide de Zei, il est également possible de mesurer ses engagements sociaux et environnementaux et de les communiquer auprès de toutes les parties prenantes. Une entreprise engagée dans une démarche RSE gagne non seulement en performance mais améliore en même temps les conditions de travail au sein de sa structure ainsi que son impact environnemental.

 

En dehors des réglementations directement liées à la RSE, il faut également prendre en compte les réglementations sectorielles. Dans le secteur du tourisme, il n’y a presque aucun contrôle sur l’impact négatif. 

 

Or pour éviter la pollution, l’altération du paysage, de la faune et de la flore ou encore l’impact sur la température, les cours d’eau et les populations locales, il est pourtant nécessaire de mettre en place des actions concrètes ! 

 

Voici une liste de mesures à appliquer pour devenir un acteur du tourisme durable.

 

Agir pour améliorer son impact

 

 

#1 Privilégier la mobilité douce

On ne vous apprend rien, l’avion est votre ennemi. Que ce soit vers la destination ou sur place, privilégiez les alternatives de partenaires de transport à faible émission

 

Il existe plusieurs moyens de transports plus respectueux de l’environnement selon la distance à parcourir : bus/cars, vélos électriques, trains de nuit : ça y est, ils sont de retour !

 

Le mieux est également de prévoir une durée de séjour proportionnelle à l’éloignement du lieu de vacances.

 

#2 Favoriser l'échelle locale / régionale

Si chaque acteur privilégie l’offre d’activité touristique à l’échelle locale, cela permet de mieux répartir l’activité et l’affluence des touristes mais également de favoriser la vie locale (hébergeurs, commerces, loueurs…). Chaque département et région a ses spécificités, tentons de les respecter et de les honorer ! 

 

Pour les activités, choisissez des guides locaux compétents mais surtout originaires de la région pour proposer une expérience de qualité et authentique. 

 

Concernant la cuisine, quoi de mieux que de goûter les spécialités locales ? C’est la base du savoir-vivre français ! Privilégiez les restaurateurs et traiteurs locaux, qui utilisent des aliments issus d’une production biologique, plus respectueux de la biodiversité et des ressources naturelles.

 

 

#3 Choisir des hébergeurs écoresponsables

Aucun logement n’est 100 % écologique, selon Feelingo, tous les hébergeurs peuvent faire le choix de la durabilité, récents ou anciens, en centre-ville ou en campagne, ce qui importe est l’engagement. 

 

La certification peut être un bon moyen de valoriser ses engagements. Avec l’outil Zei, vous pouvez également communiquer vos engagements sociaux et environnementaux et vous comparer aux autres acteurs de votre secteur.

 

Feelingo développe chaque mois des livres blancs sur une thématique liée au développement durable, qui vous guident dans votre choix d’hébergeur : gestion des déchets, consommation énergétique, conditions de travail et de séjour, protection de la faune et de la flore etc… 

 

→ Zoom sur la gestion de l’eau : L’hygiène corporelle, les sanitaires, la lessive, la vaisselle et l’entretien de l’habitat représentent 93 % des 143 litres d’eau utilisés par un français, en moyenne en une journée. C’est pourquoi il faut planifier, optimiser l’utilisation et la consommation des ressources en eau en calculant celle de votre établissement.

 

Dans le sud de la France au mois de mars, il y a parfois des pénuries d’eau.

 

 

#4 Respecter la population et le patrimoine local

Certaines localités ont leur propre politique de développement touristique durable et font de la préservation du patrimoine historique et naturel une priorité. Cependant, il est important de rappeler que toute activité touristique a un impact sur le patrimoine et que chaque culture est différente.

 

Vous pouvez également soutenir les structures d’économie sociale et solidaire en proposant des visites (par exemple certains vignobles etc…). Impliquer les populations locales dans le processus économique créée de la valeur ajoutée au séjour ainsi qu’un lien social fort.

 

#5 Protéger la faune et la flore

Cela peut paraître évident mais il est important de le rappeler. Proposez des activités qui altèrent le moins possible le paysage et ne polluent pas : vous pouvez faire visiter des parcs naturels où l’on peut croiser des animaux dans leur habitat naturel.

 

Choisissez des hébergements qui s’engagent dans la protection de la biodiversité, reversent une partie de leur bénéfice à des associations engagées en faveur de l’environnement.

 

Pour en savoir plus sur la RSE, sa mise en place et ses bénéfices liés aux ODD, n'hésitez pas à lire notre article sur le sujet 🚀

Derniers articles