Zei

Mais aussi ...

Paris 2024 : Des Jeux olympiques sous le signe de l'écologie

15-06-2017 - par Myrtille Serre

En lice : Paris affronte Los Angeles en finale pour remporter le vote du Comité international olympique qui se réunira le 13 septembre prochain à Lima afin de désigner la ville qui accueillera les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Porté par la volonté de concevoir les Jeux les plus écologiques de l’histoire, le projet de la capitale française s’aligne sur l’accord de Paris pour le climat, signé fin 2015, et a choisi de placer la problématique environnementale au cœur de sa candidature. A l’heure où la conscience écologique semble déjà sensibiliser le plus grand nombre, il s’agit à présent de démontrer qu’un passage à l’acte concret est possible.

Des Jeux pour l’environnement

« Illustrer l’exemplarité écologique ou comment on l’imagine » : tel est le crédo de Jérôme Lachaze, responsable du pôle de développement durable de Paris 2024, qui a porté la composante environnementale de ce projet. Concrètement, Paris 2024 s’engage à diminuer de 55% l’empreinte carbone par rapport aux JO de Londres en 2012. Pour atteindre ces objectifs, une série de mesures a été soigneusement imaginée et concrétisée par le comité de candidature. Si les principales dépenses de carbone trouvent leur origine dans la construction de sites et de bâtiments, Paris dispose déjà de 95% des infrastructures nécessaires. Pour les 5% restants, la réutilisation de matériaux sera le mot d’ordre afin de garantir une architecture écoresponsable. Assurer que 100% des spectateurs se déplaceront en transports publics et partagés va de pair avec une politique incitative garantissant la gratuité des transports en commun lors des Jeux et le choix de ne pas construire des places de parking à proximité des sites.

Source de propositions en terme de développement durable

 « L’écologie punitive a connu ses limites. Si les JO sont bien utilisés, il seront un vecteur pour s’engager positivement », ajoute Jérôme. En effet, l’objectif visé s’inscrit dans une démarche à long terme : construire un parcours durable du spectateur avant, pendant et après cet évènement international afin que chacun s’engage dans une démarche positive. Le Village conçu sera ainsi un modèle en matière de développement durable et sera alimenté par 100% d’énergies renouvelables. La mise en œuvre de la politique « O déchet » s’inscrit dans cette même logique en organisant les premiers Jeux de l’économie circulaire. De fait, 95% des déchets de chantier avant les Jeux, 80% des déchets pendant les Jeux et 100% des infrastructures temporaires après les Jeux Olympiques seront réutilisés ou recyclés. Véritable vecteur d’initiatives environnementales, il s’agit de démontrer que vivre dans un monde respectueux de l’environnement est non seulement possible mais aussi plaisant, agréable et ludique. « Le développement durable permet de changer positivement notre mode de vie pour une planète plus vi(va)ble », renchérit-il.

L’expertise de WWF France : un allié de taille

Le célèbre panda, emblème de WWF, se joint à cette aventure avec la signature d’un partenariat stratégique garantissant des Jeux olympiques à impact environnemental positif et la mise en place d’une neutralité carbone grâce à une stratégie de compensation. Dans la lignée de l’Agenda Olympique 2020, qui propose 40 recommandations détaillées pour renforcer les valeurs olympiques dans la société, les enjeux de durabilité ont une place de taille dans ce projet. La clause de sortie dont dispose WWF France en cas de non respect de l’engagement tenu par Paris 2024 légitime et crédibilise leur volonté. « Ce partenariat permet de nous challenger et nous apporte l’exigence nécessaire », confirme ce membre du comité de candidature.

Le retrait des Etats-Unis de la Cop 21 : une aubaine pour Paris 2024 ?

 Si Los Angeles avait emboité le pas en promettant les « premiers Jeux olympiques à bilan énergétique positif », la Californie doit faire face aux contrecoups de l’effet Donald Trump. Le décret anti-immigration du président républicain avait déjà soulevé de nombreuses critiques mais en décidant de sortir de l’accord de Paris, les Etats-Unis semblent s’être tirés une balle dans le pied. Si les Américains paraissent aujourd’hui négliger la thématique environnementale,  en promouvant le slogan « Make our planet great again » le nouveau gouvernement français met les bouchées doubles pour en garder le monopole. Dernier coup de poker pour que Paris 2024 héberge la flamme olympique ? Affaire à suivre mais qui pourrait indéniablement favoriser l’accueil de cet évènement international dans la Ville Lumière. Verdict dès septembre prochain, qui répondra par la même occasion aux rumeurs circulant sur la double attribution des JO de 2024 et de 2028.

Découvrez tous les engagements des Jeux Paris2024 sur leur profil Zero ecoimpact : Profil PARIS2024

Derniers articles